PROBAU à des réponses à tout question de construction et de rénovation

 

PROBAU ne vous aide pas seulement en proposant des matériaux de construction de sur mesure, mais se tient à votre disposition pour vous donner tout l'appui possible. Vous trouverez dans la liste ci-contre les termes spécialisés importants ainsi que des explications pour votre projet de construction.

L'ABC des termes spécialisés

L'ABC des termes spécialisés et de construction

A

Appliquer à la taloche ou à la truelle crantée
Indique le mode de mise en œuvre de la masse à appliquer sur le support – tout comme dans le cas d'une colle de carrelage – à la taloche ou à la truelle crantée.

Armement
Nattes ou barres de fer incorporées dans le béton et minimisant la formation de fissures dans le béton.

Application d'un apprêt / primaire
Prétraitement de la surface à carreler avec une émulsion ou un autre mortier, selon le support, afin d'améliorer l'adhérence, de réduire le pouvoir d'absorption ou de consolider le support (par exemple).

Ancrage pour ouvrage de maçonnerie
Ancrage en fil métallique non corrosif pour le raccordement d'un ouvrage de maçonnerie à des éléments de construction limitrophes.

Autonivelant
Caractéristique indiquant la fluidité d'une masse égalisante. Le matériau s'étale quasiment par lui-même. Afin d'obtenir une répartition uniforme, on utilise une raclette en caoutchouc, un balai ou une truelle.

B

Bitume
Le bitume est un mélange de diverses substances organiques, obtenu lors du traitement de matières primaires sélectionnées, dont le comportement de la viscosité change en fonction de la température.

Badigeonnage
En général, l'étanchéification de surfaces par badigeonnage, ici l'opération de jointoiement. Pour le jointoiement, on utilise un mortier très liquide/souple (badigeon), que l'on applique à l'aide d'une raclette en caoutchouc.

Besoin en chauffage annuel
Besoin en énergie annuel par mètre carré de surface d'habitation/utile indiqué en litres de mazout ou en mètres cube de gaz naturel.

C

Chapes anhydrites
Pour ce type de chape anhydrite, on utilise l'anhydrite comme liant. Les chapes anhydrites sont réalisées soit par application flottante, soit par adhérence et ne doivent en aucun cas être utilisées dans des locaux humides ou mouillés. Leur surface doit toujours être rendue rugueuse ou poncée avant le traitement ultérieur.

CO2
Gaz carbonique (« gaz à effet de serre ») se forme lors de la combustion de combustibles contenant du dioxyde de carbone (charbon, mazout, gaz naturel, bois).

Colle à dispersion
Colles synthétiques prêtes à l'emploi.
Le durcissement s'effectue par évacuation d'eau/alimentation en air.

Compactage
Décrit l'opération de compactage du mortier de jointoiement après l'avoir introduit dans les joints.

Chape
Revêtement de sol, le plus souvent à base de ciment, d'anhydrite, d'asphalte coulé ou d'asphalte/bitume avec une surface lisse et plane. On distingue les « chapes flottantes » et les « chapes adhérentes ».

Chapes sur couche de séparation
Ce type de chape n'est pas fermement relié au support et repose sur un film de séparation. L'épaisseur minimale est d'environ 35 mm.

Consistance
Décrit la viscosité des mortiers. La consistance optimale de mise en œuvre dépend du type d'application et est obtenue par adjonction du volume d'eau indiqué sur les emballages.

Cas de charge
Pour les travaux d'étanchéification dans la terre, on prévoit les cas de charge suivants : humidité du sol et eau d'infiltration accumulée ou non accumulée.

Couche de propreté
Couche de sable ou de graviers fins appliquée pour niveler un support à bétonner.

Chape flottante
Ce type de chape n'est pas fermement relié au support et repose sur une ou plusieurs couches d'isolation. L'épaisseur minimale est d'environ 35 mm.

Chape adhérente
La chape est fermement reliée au support. L'épaisseur minimale est d'environ 20 mm.

Compactage
Processus visant à compacter la texture du mortier ou du béton, c'est-à-dire à augmenter la densité.

Chape de ciment
Le ciment représente le liant chargé du durcissement. Les chapes de ciment durcissent hydrauliquement et il faut un délai d'au moins 28 jours jusqu'au durcissement complet. Les revêtements suivants ne peuvent être posés qu'après ce délai.

D

DIN 4108
DIN (norme industrielle allemande) sur les exigences minimales de protection thermique en génie civile, partie 1-5.

DIN 18195
Norme allemande sur l'étanchéité d'ouvrages. Elle décrit l'exécution de travaux d'étanchéité d'ouvrages et traite de l'utilisation de matériaux d'étanchéification conformément au cas de charge.

Décret sur les économies d'énergies (EnEV)
Décret sur la protection thermique et la technologie d'installations économisant de l'énergie de bâtiments.

Durée de séchage
Indique le temps nécessaire jusqu'au séchage complet du matériau. Les travaux ultérieurs ne peuvent être effectués qu'après écoulement de cette période de temps.

E

Eau de gâchage
Indique le volume d'eau ajouté au mortier pour obtenir un mélange apte à la mise en œuvre.

Espace de travail
On désigne par espace de travail l'espace entre le mur extérieur de la cave et le terrain. Après séchage complet du revêtement à lit épais, cet espace de travail doit être de nouveau remblayé.

Etalement
Un critère de contrôle pour les colles de carrelage. C'est ainsi qu'on décrit la façon dont une couche de colle peignée est plastiquement déformable. La colle de carrelage est peignée, une plaque de verre est placée au-dessus, puis chargée. Ensuite, on mesure la quantité de colle qui se trouve sur la surface de contact entre la plaque de verre et la colle. L'étalement (la surface de contact) doit être de 65% au minimum.

Eau d'infiltration stagnante
Eau souterraine, eau stagnante ou eau de couche exerçant une pression hydrostatique extérieure sur l'ouvrage de maçonnerie. Ce cas de charge est à prendre en considération lors d'étanchéifications dans l'eau souterraine, mais également en présence de sols cohérents et/ou de talus.

Emulsion bitumineuse
En délayant intensément le bitume dans de l'eau très chaude, le bitume se répartit sous forme de gouttes dans l'eau et forme une émulsion bitumineuse.

Enduit fin
Enduits qui, grâce à leur granulométrie, permettant de réaliser diverses structures. En règle générale, ils sont également proposés sous forme colorée.

Enduit gratté
Un enduit gratté est utilisé en cas de profilages de surface ou en présence d'inégalité des pierres et doit avoir séché avant l'application du revêtement suivant.

Enduits fins minéraux
Il s'agit là fondamentalement d'enduits de chaux naturelle sans additif synthétique.

Enduits minéraux
Il s'agit là de mortiers d'enduit fabriqués à base de matières premières naturelles. On utilise comme liant de la chaux, du ciment, la combinaison des deux ou du plâtre.

Epaisseur de la couche humide
Correspond à l'épaisseur d'application en lit épais sur le composant à étanchéifier. L'épaisseur de couche humide indiquée ne doit à aucun endroit être dépassée de plus de 100%.

Eau remontante
On parle de ce charge en présence d'eau de surface et d'infiltration sous forme fluide ou de bonne liquidité. L'eau n'exerce pas de pression hydrostatique sur l'étanchéification.

Epaisseur de la couche sèche
On entend par épaisseur de la couche sèche décrit l'épaisseur définitive du revêtement bitumineux épais. Elle est constituée après séchage complet du revêtement à lit épais. Elle doit présenter l'épaisseur minimale indiquée pour le cas de charge et ne doit à aucun endroit être inférieure.

F

Feutrage
Décrit l'opération de « frottement » d'un enduit rigidifié à l'aide d'une taloche-feutre.

Faîte
Sommet de la bordure de toit où se joignent les plans inclinés de la toiture.

Formation de peau
Critère de contrôle des colles de carrelage relatif à la durée entre l'application de la colle et son durcissement. Par la suite, la faculté d'adhérence de la couche peignée diminue. Dès qu'une peau commence à se former à la surface, ne plus poser de carreau.

Film de protection
Décrit l'élasticité et la flexibilité d'une peinture bitumineuse.

G

Glissement
Un critère de contrôle pour les colles de carrelage. On mesure (en millimètres), sur les surfaces verticales ou fortement inclinées, le glissement de la colle dû au poids du carreau. Le test est réussi dès que plus aucun carreau ne glisse de plus de 0,5 mm.

Gorge
Décrit l'endroit de transition sur tous les raccordements de murs et de sols et sur les angles intérieurs. Les gorges sont réalisées dans un rayon de 4 à 6 cm avec un mortier de la classe de mortier II ou III.

Groupes de mortiers/groupes d'enduits
Ils indiquent la fermeté du mortier. Les mortiers de maçonnerie sont répartis en groupes de mortiers et les enduits en groupes d'enduits.

H

Humidité du sol
On parle de cas de charge « humidité du sol » dans le cas d'un sol très perméable, dans lequel il n'y a pas d'eau sous forme fluide qui agisse sur les murs de cave.

Homogène
Signifie identique, uniforme. Un mortier est homogène si le matériau a été soigneusement mélangé et se laisse manipuler de manière uniforme.

J

Joints de mouvement
Joints aptes à compenser, entre les composants fixes, les tensions dues à la construction. Ils sont étanchéifiés de manière à assurer une élasticité permanente. Les joints de mouvement déjà existants dans le sous-sol doivent sans exception être réalisés jusqu'à la surface du revêtement.

Joints de dilatation
Voir « Joints de mouvement »

L

Liant
Notamment le plâtre, la chaux et le ciment servant à relier fermement les adjuvants (sable, gravier).

Lissage
Décrit le frottement d'un enduit à base de plâtre rigidifié à l'aide d'un lisseur en acier en ajoutant, le cas échéant, un peu d'eau.

Lisseur (truelle de lissure)
Truelle en acier ou en matière plastique pour l'application de chapes ou d'enduits, afin de créer une structure lisse et pour l'application et/ou le traitement d'enduits fins.

Linteau
Support ou poutre au-dessus d'un orifice.

M

Mélange ou gâchage
Opération visant à la préparation du matériau. Les mortiers secs doivent, avant leur mise en œuvre, être mélangés avec de l'eau propre (également appelée eau de gâchage) jusqu'à l'absence totale de grumeaux. C'est avec un agitateur (tige de mélange) qu'on obtient le meilleur résultat.

Méthode de « buttering »
Mode de travail pour la pose en lit mince. La colle de carrelage est appliquée au dos du carreau et non pas sur le support à carreler.

Méthode de « buttering-floating »
Voir « Méthode combinée »

Méthode de « floating »
Mode de pose en lit mince, dans laquelle la colle de carrelage est appliquée sur le support.

Mortier à lit mince à prise hydraulique
Mortier sec pour la pose et l'application de carrelages et de dalles en céramique. Du ciment est utilisé comme liant. Les mortiers ne peuvent sécher qu'après adjonction d'eau.

Méthode combinée
(également : « buttering-floating »). Technique de pose en lit mince particulière, p. ex. dans des zones très sollicitées. La colle est appliquée à la fois sur le support et sur le dos du carreau.

Mortier sec
Mortier prémélangé en usine et devenant applicable après adjonction d'eau.

N

NEH
Abréviation allemande pour les bâtiments de basse consommation d'énergie, valeur U 0,3 ou inférieure pour le mur extérieur.

P

Propriété de diffusion de la vapeur d'eau
Décrit l'aéroperméabilité des matériaux de construction.

Pose en lit épais / méthode à lit épais
La technique la plus ancienne de pose de carrelages. Chaque carreau est revêtu de mortier, la couche de mortier est de 15 à 20 mm. Par exemple pour la pose de pierres naturelles.

Plaques de drainage
Les plaques de drainage, collées sur le revêtement à lit épais, représentent une couche de protection. Ensuite, les espaces de travail doivent être remblayés.

Pose en lit mince / méthode à lit mince
L'une des techniques de pose de carrelages les plus pratiquées aujourd'hui. La colle est appliquée en couche mince (de 2 à 6 mm) sur le support ou sur le dos du carreau. Les supports doivent être parfaitement plats.

Procédure de bilan énergétique
Comparaison des pertes et des gains de chaleur.

Pigments de couleur
Poudres colorées sèches très fines utilisées pour la coloration d'enduits fins, par exemple. Ces pigments résistent sans exception à la lumière et aux intempéries.

Plancher
La dénomination de toutes les couches et coques qui se trouvent au-dessus des éléments porteurs horizontaux d'un bâtiment.

Primaires/ponts d'adhérence
Prétraitement du support avec une émulsion ou un badigeon, selon le support, afin d'améliorer l'adhérence, de réduire le pouvoir d'absorption ou de consolider le support (par exemple). Les primaires doivent toujours être appliqués à l'aide d'un blaireau, d'une brosse ou d'un rouleau.

Pose en lit moyen / méthode à lit moyen
Technique développée à partir des méthodes à lit épais et à lit mince. La colle est appliquée en couche de 5 à 15 mm à l'aide d'une truelle à denture grossière. Ceci permet de compenser les petites aspérités dans le support.

Post-traitement
Les bétons et mortiers doivent, selon les conditions ambiantes, être post-traités après leur mis en œuvre, c'est-à-dire qu'ils doivent être recouverts d'une bâche pour une durée déterminée ou être maintenus humides.

Plaques de mousse dure PS
Désignation technique : mousse dure en polystyrène. Plaques de mousse synthétique pour l'isolation thermique et l'insonorisation. Egalement connu sous le nom de polystyrène ou de styrofoam.

Pontage de fissures
Possibilité de ponter des fissures déjà existantes dans le support ou s'étant formées ultérieurement.

R

Revêtement de sol
La couche de finition directement utilisée et sur laquelle on marche. Egalement appelé couche de finition.
Les revêtements de sol les plus connus sont, par exemple, le parquet, le stratifié, les carrelages, les dalles, les revêtements textiles, etc.

Revêtements épais
Les revêtements bitumineux épais modifiés par adjonction de matières synthétiques sont des masses pâteuses à base d'émulsion bitumineuse pouvant être appliquées à la spatule. Ils servent d'étanchéification extérieure contre l'eau sur la face exposée à l'eau de l'ouvrage.

Résistant au gel
A l'état durci, il y a résistance aux effets du gel.

Résistant à la lumière
Caractéristique de bons pigments de couleur dont la couleur ne défraîchit pas sous l'effet de la lumière.

Retrait
Décrit le raccourcissement d'un composant lors du durcissement.

S

Sol cohérent
Les sols cohérents sont des sols ayant des caractéristiques plastiques tels que, p. ex., l'argile ou la glaise.

Solvant
S'utilise lors de la fabrication de produits bitumineux afin de réduire, entre autres, les températures de traitement.

Sol non cohérent
On entend par sols non cohérents entre autres le sable et le gravier, c'est-à-dire qu'il s'agit là de sols sans caractéristique plastique.

Sable de quartz
Sable à base de minéraux. Provenant de sablières et de dragages en rivière. Utilisé comme adjuvant pour mortiers de maçonnerie, enduits et chapes.

Surmouillage
Adjonction d'un volume d'eau trop important lors du gâchage du mortier. Cela implique une modification des caractéristiques du matériau.

T

Temps de séchage complet
Indication du temps nécessaire jusqu'au séchage complet du revêtement à lit épais et jusqu'au remblayage de l'espace de travail.

Temps de correction
Critère de contrôle des colles de carrelage : laps de temps au cours duquel la position du carreau se laisse corriger sans modification des propriétés d'adhérence.

Temps ouvert
Caractéristique du produit se rapportant à la période entre l'application du matériau et sa « formation d'une peau » (important pour la durée de mise en œuvre).

Temps de maturation
Période durant laquelle certains matériaux doivent reposer après le gâchage et avant l'agitation suivante.

Temps de mise en œuvre
Temps après gâchage pendant lequel le matériau peut être mis en œuvre.

V

Valeur U
Coefficient de transmission thermique, désigne les pertes de chaleur. Il s'exprime en watts par mètre carré multiplié par Kelvin W/(m2xK) et indique la perte de chaleur au travers d'un 1 m² de mur pour une chute de température de 1 °C. Plus la valeur U est petite, plus l'isolation est bonne.

Liste aide-mémoire PROBAU

Nous espérons vous voir dans le centre de compétences BAUHAUS près de chez vous. Votre équipe PROBAU vous souhaite un grand succès !
Imprimer la liste aide-mémoire